Délégationdu Val-de-Marne

À Créteil

Mohammed témoigne à la messe

Collecte nationale

À Notre-Dame à Créteil, à la messe du dimanche 17 novembre 2019, jour de collecte nationale du Secours Catholique, Mohamed témoigne devant l’assemblée des priants, de son parcours de vie et de la main fraternelle tendue par le Secours Catholique .

Mohammed témoigne à la messe

publié en novembre 2019

« Je m’appelle Mohammed d’origine marocaine. Je suis musulman Ma rencontre avec le Secours Catholique s’est faite, lorsque j’étais hébergé par la Croix rouge. Un ami m’en a parlé. Il venait chercher son courrier et il m’a invité à prendre un repas dans ce lieu. J’ai entendu parler d’un projet de marionnettes. C’est ainsi que j’ai connu les Fous d’art solidaires et les petits déjeuners artistiques. Je suis venu voir et ça m’a plu. Dans le long terme, ça n’a pas été facile surtout quand j’ai quitté l’hébergement et que je me suis retrouvé à la rue. Je n’avais pas de super fréquentations. On est en danger quand on se retrouve seul. N’ayant pas d’argent, on est dans la survie avec des propositions de mauvais plans. On n’arrive pas à fermer les yeux, la nuit. Le matin, il faut chercher un lieu pour manger, se laver, se vêtir. Je me suis mis à voler pour survivre. Je me suis battu contre moi-même. En fait, j’étais dans un mouvement de recherche de moi-même, mais je sentais que je partais du mauvais côté. Marie-Thérèse m’a fait un tableau pour apprendre à faire des choix. Au bout d’un moment, je me suis senti hyper oppressé et tendu. Je faisais des cauchemars toutes les nuits. Je demandais à Dieu de m’en sortir. Je suis allé consulter plusieurs personnes sages. Je pleurais beaucoup et tout sortait car j’étais trop mal. En fait, j’étais en train de craquer car j’étais allé trop loin. J’ai commis un vol qui m’a conduit en prison. C’est ce qui m’a fait arrêter. J’ai vécu une sorte de retraite durant ces mois de détention. Cela m’a permis de réfléchir à la simplicité de la vie et à l’essentiel. Le courrier m’a beaucoup aidé. Chaque lettre qui arrivait me redonnait une sécurité, je me sentais relié et non jugé. On m’acceptait comme j’étais. Je suis resté en contact avec le groupe des Fous d’art et à ma sortie de prison, je me suis précipité vers eux pour reprendre des activités et retrouver des repères et des bonnes relations

Le spectacle « Écoute nos gestes » m’a beaucoup aidé. Cela m’a permis de faire quelque chose de beau, de m’évader et je suis allé jusqu’au bout. Vous pourrez voir le petit film de ce spectacle à la sortie à l’auditorium

Je me suis remis au sport. Je me donne des objectifs. J’ai réussi les vingt kilomètres du marathon de Paris. Je suis allé jusqu’au bout et j’en suis fier. En ce moment, je suis bénévole dans une association qui pratique l’art du cirque. J’apprends aux enfants à faire le clown. J’essaie de partager ce que j’ai appris et ça me plaît beaucoup. C’est quand même toujours un combat car je reste tenté. Je m’en remets à Dieu. Et c’est lui qui m’aide à me calmer quand ça va mal. Je lis les paroles du Coran et ça m’éclaircit un peu l’esprit. J’avance pas à pas. J’espère continuer à avancer dans le bon sens. »

Imprimer cette page

Portfolio