Délégationdu Val-de-Marne

Les Fous d’art solidaires

« Je m’appelle Pascale »

Les membres du groupe « Les Fous d’art solidaires » se retrouvent tous les mercredis matin, pour des petits déjeuners artistiques, des ateliers collectifs.
Pascale les a rejoints cette année…

« Je m'appelle Pascale »

publié en novembre 2017

« Je m’appelle Pascale.

J’ai intégré le Secours Catholique en septembre après une mauvaise passe de deux ans. J’ai senti alors que je pouvais répondre à l’invitation de Marie-Thérèse car je commençais à relever la tête. Une série d’opérations m’avait plongée dans une profonde dépression entraînant une invalidité.

Au sein du groupe des Fous d’art solidaires, j’ai rencontré des personnes très différentes mais toutes avec des histoires douloureuses et je m’y retrouvais. spectacle s Le projet de cette année des petits déjeuners artistiques était la création de marionnettes en vue d’un spectacle sur la vie des migrants intitulé « Sans chemin ». J’ai trouvé cela très original et vivant. Cela nous a permis d’exprimer ce que chacun ressentait par la confection des marionnettes et des jeux de rôle laissant surgir des émotions. On a pu ainsi sortir de l’exclusion en parlant de nos souffrances. Enfin, je n’étais plus seule ! Le fait de devoir s’exprimer devant un public permettait de nous oublier et de ne plus se replier.

Personnellement, cela m’a aidée à reprendre confiance et à voir que du peu que j’avais, je pouvais créer de belles choses alors que j’étais dans le néant ! Je suis fière de ce que nous avons pu faire ensemble en s’aidant les uns les autres.

Le Secours Catholique a une grande valeur pour moi. Bien sûr, nous avons vécu des moments difficiles, voire des conflits et des jalousies mais c’est toujours la solidarité qui l’a emporté, grâce à la parole, aux échanges, au pardon demandé et accordé.

Je commence doucement à faire surface et à revivre ! Maintenant je pense que je pourrais retravailler à mi-temps mais on ne m’y autorise pas.

Aujourd’hui, j’ai envie de me sentir utile et d’aider les gens en retour de ce que je reçois. Dans le groupe je me sens responsable même si je me sens encore fragile. »

Pascale

Imprimer cette page

Faites un don en ligne