Délégationdu Val-de-Marne

Paroles de bénévoles

« J’ai voulu moi aussi aider… »

Mon parcours est celui de beaucoup d’accueillis.

« J'ai voulu moi aussi aider… »

publié en septembre 2018

En 2008 à la naissance de mon premier fils, j’ai été envoyée au Secours Catholique par mon assistante sociale car j’étais en situation de grande précarité. Si j’étais en situation administrative régulière ce n’était pas le cas de mon mari, qui de ce fait ne pouvait pas travailler ; nous avions un logement d’une seule pièce.

J’ai pu grâce au Secours Catholique bénéficier régulièrement du repas du mardi midi et du colis alimentaire, j’ai pu également faire un dossier DALO qui a porté ses fruits puisque j’ai obtenu un logement plus grand en 2013. Mon mari a obtenu ses papiers en 2009 et a commencé à travailler.

Début de mon bénévolat

Lors du repas du mardi j’ai commencé à laver la vaisselle, à ranger la salle puis peu à peu j’ai aidé pour la cuisine. Le Secours Catholique m’avait tendu la main et comme je ne travaillais pas j’ai voulu moi aussi aider, d’abord les autres bénévoles puis également les accueillis.

Évolution de mon bénévolat

Mon aide pour la cuisine a progressé : j’ai commencé à faire quelques remplacements quand la cuisinière était absente puis depuis 2015 je suis la cuisinière en titre. Je continue à faire la préparation des colis alimentaires et participe aussi au club des femmes du lundi après-midi.

Ce que m’apporte le bénévolat

Être cuisinière cela demande du travail mais je suis contente de faire plaisir aux autres. Si je restais chez moi, je serais beaucoup plus isolée. Cela me permet de rencontrer des gens, de parler aux autres bénévoles.

Mes enfants, que j’emmène souvent, sont eux aussi contents de venir. Faire du bénévolat cela m’a permis de m’affirmer en tant que femme et d’évoluer dans mes relations familiales. En ce moment je suis très partagée : en effet j’ai commencé à travailler à temps partiel, j’aimerais travailler davantage mais cela serait au détriment de mon bénévolat.

Dans l’équipe avec mes responsabilités de cuisinière je me sens valorisée, je suis considérée comme une autre bénévole, sans différence entre anciens accueillis et bénévoles.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne