Délégationdu Val-de-Marne

L’équipe de Valenton

Des bénévoles témoignent

Val-de-Marne

Tous les jeudis matin, l’équipe de Valenton du Secours Catholique du Val-de-Marne accueille autour d’un petit café les personnes qui se présentent et selon leur situation, propose différents ateliers, un accompagnement si besoin... À l’occasion de la journée du bénévolat, le 5 décembre, des bénévoles impliquées dans cet espace parlent de leur engagement.

publié en décembre 2019

Tous les jeudis matin, à l’espace Valenton, sont proposés aux personnes qui se présentent un soutien dans les démarches qu’elles ont à faire, un accompagnement scolaire à des enfants , un atelier Couture rassemblant cinq à six femmes et un accueil pour les étrangers avec un bénévole référent. L’antenne du Secours Catholique est un lieu de rencontres et d’échanges, où les personnes accompagnées aiment aussi mettre la main à la pâte. Le tout est coordonné par Anna-Lisa Morabito et de plusieurs bénévoles dans la joie et la bonne humeur.

Paroles de bénévoles

Znaidi M’Barka a sympathisé avec des bénévoles depuis fort longtemps avant de décider d’intégrer l’équipe en septembre 2019. Elle en témoigne. « Je suis à l’atelier couture et parfois, je donne un coup de main au vestiaire. J’avais envie de faire du bénévolat car j’aime aider. Je le fais aussi à titre personnel, c’est-à-dire donner des informations administratives pour aider l’autre. Je le fais sans hésiter, en accompagnant la personne à faire certaines démarches. Le bénévolat m’apporte du bonheur et je me sens bien dans ce rôle. Pour moi, l’accompagnement c’est de venir en aide à l’autre en faisant abstraction de ses origines et de sa religion. Dans mon bénévolat, je ne rencontre pas de difficulté, les gens sont gentils avec moi. Je vis le très bien, car il y a une certaine harmonie qui règne dans l’équipe. Il y a de l’échange, du partage et de la convivialité. Je me sens très bien au sein de cette grande famille. En un mot, pour moi le bénévolat c’est l’amour. »

Deborah Dleko , 30 ans parle de son engagement : « Je suis bénévole depuis deux ans déjà. En tant que bénévole, je suis l’intermédiaire entre le Secours Catholique de Valenton et l’hôtel Baladin où se trouve plus de trente familles à l’hôtel que nous accompagnons. J’avais envie de faire du bénévolat pour aider les familles en difficulté et cela m’apporte de la joie à servir. L’accompagnement pour moi, c’est aider l’autre. Ma plus grande difficulté est la barrière de la langue. Certaines personnes ne comprennent pas le français. Parfois, j’arrive à communiquer avec certaines d’entre elles qui parlent dans ma langue maternelle, mais pas tout le temps. Je vis très bien mon bénévolat au sein de l’équipe car il y a la compréhension et l’écoute. Je me sens donc appartenir à une grande famille au sein du Secours Catholique. En un mot, pour moi le bénévolat c’est aider. »

Anna-Lisa Morabito, 46 ans bénévole qui coordonne l’espace explique son parcours : « Je suis mariée et j’ai quatre enfants. Je suis arrivée en France en août 2009. Je suis bénévole au Secours Catholique depuis quatre ans et j’ai débuté dans l’équipe de Créteil. Maintenant, je suis responsable de l’équipe de Valenton depuis un peu plus d’un an. L’équipe de Valenton accueille tous les jeudis, de 9 à 12 heures, en offrant un petit café aux personnes qui arrivent. A partir de 9 heures, commence l’accueil proprement dit, c’est-à-dire chaque atelier se met au travail. On a différents ateliers : Accueil-démarches, Couture, Vestiaire, et toutes les deux semaines un réfèrent étranger Michel accueille les personnes migrantes. On a aussi une équipe qui s’occupe de l’hôtel Baladin dans lequel réside plus d’une trentaine de familles. Cette équipe propose du soutien scolaire tous les mercredis après-midi ainsi qu’un accompagnement familial deux à trois fois par semaine, comme par exemple accueillir de nouvelles familles et voir si cela se passe bien avec le gérant de l’hôtel. Actuellement la plus grande activité est l’accueil-démarches. Au début, il n’y avait pas beaucoup d’accueillis qui devenaient bénévoles, mais ensuite nous avons reçu quelque accueillis qui sont devenus bénévoles, car nous avons décelé beaucoup de talents chez eux.

La mission d’accompagnement est très difficile parce que ce n’est pas toujours facile d’aider l’autre. Par exemple, certains bénévoles de l’accueil, après une longue journée sont fatigués et sont moins à l’écoute que d’habitude. Mais après, il y a toujours des sourires qui ravivent l’âme et apaisent les tensions. Vu que la plupart des accueillis sont anciens, le rapport avec les bénévoles est plutôt amical, ce qui favorise un bel accompagnement.

Parfois, il est difficile d’accompagner les gens qui ont tenté un deuxième recours pour leur demande d’asile car nous sommes impuissants face à leur détresse, puisque nous ne pouvons rien faire.

Ce qui me mets en joie c’est de se retrouver, d’aider les autres, de découvrir les différences qui permettent de comprendre l’autre et de partager avec eux. »

Imprimer cette page

Portfolio