Délégationdu Val-de-Marne

Val-de-Marne

Des bénévoles témoigent

Sucy-en-Brie

À l’occasion de la Journée du bénévolat, le 5 décembre, les bénévoles de l’équipe de Sucy-en-Brie du Secours Catholique du Val-de-Marne parlent de leur engagement.

Des bénévoles témoigent

publié en décembre 2019

Tous les mardis, l’"Accueil-démarches" du Secours Catholique du Val-de-Marne est proposé de 14h30 à 17h30 aux personnes qui se présentent. Il est ouvert dans le centre social de la maison du Rond-d’Or de Sucy : place de la Fraternité, où se trouvent d’autres associations. On compte trois cents associations à Sucy, destinées à toutes tranches d’âge. Nous sommes allés rencontrer Sylvie Isbérie, responsable de l’équipe de Sucy-en-Brie du Secours Catholique. En nous accueillant avec joie et chaleur, elle nous a présenté l’équipe et les lieux. Dans un premier temps nous ne savions pas qui était bénévole et qui était accompagné. Nous avons pris le temps de prendre un café, de faire connaissance avant de commencer les interviews.

Paroles de bénévoles

Sylvie Isbérie nous a parlé de son engagement : « On propose aux personnes qui se présentent toutes les semaines le mardi après-midi, un accueil autour d’un café, des jeux de société et surtout une aide dans les démarches qu’elles ont à faire. Cet "Accueil-démarche" est la plus grande activité de l’équipe. Une fois par an, on organise une grande sortie. Nous essayons au mieux d’accompagner ces personnes plus fragiles avec beaucoup de joie. Il nous arrive d’envoyer les mamans à l’association ABC+ pour apprendre le français. Il y a aussi la Maison des petits loups, ouverte tous les mardis et jeudis matin. On peut y apprendre le français de façon anonyme sans rendez-vous et gratuitement. Les mamans ne sont pas obligées de résider à Sucy et peuvent venir avec les enfants. Jean Claude, bénévole depuis peu suivra une formation en janvier pour « Comprendre ce qu’est le Secours catholique ». À la question sur la façon dont les membres de mon équipe adhère aux valeurs du Secours Catholique, la réponse varie en fonction des personnes. Le terme fraternité est "lourd", on ne se l’approprie pas facilement et ça demande du temps. Quant à la confiance, c’est un peu comme la fraternité ; ce n’est pas quelque chose qui se construit du jour au lendemain. Il faut du temps.  »

Philippe Colard, retraité, 70 ans explique : « Je participe à l’Accueil-démarche du Secours Catholique depuis un an. Je voulais faire du bénévolat pour m’investir personnellement en contribuant à rendre l’autre heureux. Mon bénévolat m’apporte, énormément d’émotions et de retour en même temps, bref c’est "donner et recevoir". L’accompagnement…. c’est la psychologie humaine, c’est-à-dire j’écoute et je vais essayer de tendre la main et je vais essayer d’aider. Dans les difficultés que je rencontre, je peux citer le manque de compétences administratives et juridiques. Je me sens bien en équipe et dans mon bénévolat, il y a de la convivialité et de l’humanité au sein de l’équipe. En un mot, le bénévolat pour moi, c’est empathie.

 »

Imprimer cette page

Portfolio